logorolls

    Il était une fois…

  C’est au Midland Hôtel de Manchester qu’à l’initiative d’un certain Henry Edmunds, se rencontrèrent au mois de Mai 1904, Messieurs Henry Royce et Charles Rolls.

   De cette entrevue allait naître la formidable aventure qui nous passionne encore aujourd’hui et réunit des milliers d’Enthusiats’ à travers le monde pour cultiver la magie du nom «Rolls-Royce».

  Henry Frederick Royce naît le 27 Mars 1863 dans une famille modeste et entre très jeune en apprentissage aux ateliers du Great Northern Railway. Après avoir acquis ses compétences en mécanique, il se passionne rapidement pour l’électricité, technologie naissante à l’époque et pour l’automobile.

   Déjà le goût de la perfection guide les pas du jeune ingénieur qui crée à Manchester la «Royce Ltd», fabrique de grues électriques de réputation mondiale. Elles aussi, déjà….
L’Honorable Charles Stewart Rolls voit le jour le 27 Août 1877. Fils de Lord Llangattock, il fréquente les meilleures institutions mais montre peu d’enthousiasme pour les études académiques ! Lui aussi est passionné par l’électricité et la mécanique, ce qui devait les rapprocher un jour…

   En 1894, -il est âgé de 17 ans- Charles éprouve une grande émotion en découvrant les premières automobiles évoluer dans les rues de Paris. Sa première acquisition sera une Peugeot de 3 3/4 HP, suivi d’un tricycle de Dion-Bouton puis d’un tri-car Léon Bollée et, fin 1897, d’une 4-cylindres Panhard de 2,4 Litres, celle-là même qui avait gagné la course Paris-Marseille-Paris. Charles Rolls s’enthousiasme alors pour la course automobile.

    En 1902, il crée la «C.S. Rolls and Co» pour commercialiser des automobiles : des Panhard d’abord, puis des Minerva belges et enfin des New-Orleans de construction … britannique.

   C’est à ce moment-là qu’intervient Henry Edmunds, directeur de Royce Ltd de Manchester. En relation avec Charles Rolls, il imagine une rencontre entre les deux hommes qui entretiennent la même passion. Pendant le voyage vers Manchester, Rolls confie à Edmunds que son ambition est de posséder un jour une automobile qui porterait son nom !D’emblée et malgré le gouffre qui sépare leurs origines sociales, Rolls et Royce comprennent que leur destin est écrit, scellé par leur passion commune et qu’une grande aventure va voir le jour…

   Le 23 décembre 1904 est signé un accord entre les deux hommes : Royce fabriquerait les voitures et Rolls commercialiserait la totalité de la production. Une série de 19 véhicules «10 HP» est mise en fabrication et à la différence des premiers prototypes, elles sont équipées du fameux radiateur qui allait devenir célèbre.

   Le début d’une «merveilleuse histoire» …

Bentley_logo_250

   Les trois noms de Rolls, de Royce et de Bentley devaient inévitablement s’associer un jour, en raison des étonnantes similitudes de parcours de ces trois hommes.

   Walter Owen Bentley nait à Londres en 1888, 25 ans après Henry Royce mais, comme lui, il entre en apprentissage à la « Great Northern Railway ». Les locomotives lui permettent d’obtenir son diplôme d’ingénieur mais ce sont les sports mécaniques qui le passionnent, la moto d’abord puis l’automobile …

   En 1912, avec son frère H.M Bentley, il reprend la concession londonienne du constructeur français Doriot, Flandrin & Parant (DFP). Démarche identique à celle de Charles Rolls en 1902 avec Panhard !...

   C’est avec ces automobiles spécialement préparées, notamment en augmentant la puissance du moteur par l’utilisation des pistons en alliage léger, que « W.O. » impose le nom « Bentley » sur tous les circuits.

   En 1919, la première BENTLEY, la « 3 Litres », est présentée au public mais, toujours comme ces Messieurs Rolls et Royce, le goût de la perfection et de la performance incite Walter à réaliser d’incessants nouveaux tests. C’est finalement en 1921 qu’est commercialisé ce premier modèle.

   1924, première victoire au « 24 Heures du Mans » suivie de quatre autres consécutivement : 1927,  1928, 1929 et 1930. Et pour mémoire un fantastique « retour » gagnant en 2003…

Fort de ces succès et sur l’insistance du principal actionnaire qui pilote lui-même en compétition, le célèbre Wolf Barnarto -héritier de mines de diamants en Afrique du Sud- l’idée d’augmenter la puissance des moteurs à l’aide d’un compresseur est mise à l’étude par l’ingénieur Charles Amherst Villiers.

   C’est ainsi qu’est lancée la fabrication de la Bentley « blower » de 4½ Litres dont le moteur développe 175 cv. Hélas, la fiabilité n’est pas au rendez-vous et le succès auprès de la clientèle non plus. La crise économique mondiale porte aussi sa part de responsabilité dans cet échec … C’est à cette période défavorable que commence la production de l’élitiste Bentley 8 Litres. Trop chère, trop lourde et concurrencée par la Rolls-Royce Phantom II, 100 exemplaires seulement sont produits. Nouvel échec ensuite avec la Bentley 4 Litres dont il n’est fabriqué que 50 unités…

   En 1931, Bentley en difficulté financière est finalement racheté par Rolls-Royce Ltd et Walter Owen Bentley va ensuite exercer ses extraordinaires talents chez Lagonda.

   Ainsi débute une nouvelle « belle aventure »….